Qwanturank - Concours SEO du moteur de recherche Qwant
Q W A N T U R A N K
qwanturank

  Guillaume Champeau - Directeur Ethique et Affaires Juridiques de Qwant

Portrait de Guillaume Champeau de Qwant

Guillaume Champeau est actuellement directeur de l'éthique et des affaires juridiques chez Qwant, le moteur de recherche Européen qui protège votre vie privée.

Ancien journaliste, avocat de formation, j'ai créé et dirigé le magazine de 2001 à 2016 Numerama.com spécialisé dans les nouvelles numériques. Pour la première fois, Guillaume a passé près de 15 ans à diriger l'équipe éditoriale du magazine. Numerama.com qu'il a fondé en 2002. Passionné par les questions de responsabilité sociale et morale qui posent souvent des innovations numériques, il a donné une forme plus concrète à ses croyances en rejoignant le moteur de recherche européen Qwant, dont il est directeur de l'éthique et des relations publiques.

Passionné par les questions éthiques liées au numérique, j'ai étudié la responsabilité des acteurs privés pour la protection des droits de l'homme sur l'Internet, dans le cadre d'un master 2 en droit international et Européen des droits fondamentaux.

Un informaticien, il se voit comme un avocat spécialisé dans la propriété intellectuelle. "Quand internet est venu, j'ai senti que je révolutionnerais le droit d'auteur en permettant à tous, riches et pauvres, de mettre en commun leurs biens culturels", se souvient-il, " alors je me suis intéressé aux dimensions politiques et sociales de cette grande bibliothèque D'Alexandrie."

"J'ai dû choisir entre étudier ou devenir journaliste"

Voulant s'exprimer sur ses deux passions, informatique et droit, il a créé un blog en 2001, Ratiatum.com (Ratiatum est le vieux nom de la ville de Rezé, près de Nantes, où il a grandi), sans soupçonner le succès qu'il aurait vécu. Accompagné d'un partenaire trois ans plus tard, il élargit sa ligne éditoriale et aborde progressivement toutes les questions éthiques liées au numérique.

Ratiatum devient Numerama

Avec son diplôme en droit, Guillaume Champeau est allé au Canada pour obtenir sa maîtrise, qui était alors à l'avant-garde du droit sur internet.

"Lorsque Ratatium a grandi, j'ai dû choisir entre poursuivre mes études ou devenir journaliste", explique-t-il. Il n'a pas hésité : le jeune homme a démissionné de la loi et pendant quinze ans il a été rédacteur en chef de Ratiatum, qui est devenu numerama en 2008, une véritable référence pour l'analyse juridique et éthique des lois nationales et européennes liées au numérique.

Mais ce succès a été remporté aux dépens d'un journal stakhanoviste: le journaliste écrit une dizaine d'articles chaque jour entre 8h30 et 22h. "je voulais sensibiliser à l'impact de l'utilisation de certaines plateformes, explique-t-il, à leurs stratégies et à certains abus de position dominante."

"Travailler pour une entreprise qui allie affaires et éthique est une belle opportunité pour moi !"

Mais les années passèrent et le journaliste débordé s'essouffla: "j'avais l'impression de me répéter sans être entendu et de devenir de plus en plus acide dans mes écrits,j'avais besoin d'action."Parallèlement à Numerama, il a commencé pendant un an, la nuit et à distance, dans un master 2 spécialisé dans "les droits fondamentaux et le droit international des droits de l'homme". Avec un intérêt pour la vie privée et la liberté d'expression, je voulais "faire des choses."

Arrivée à Qwant

Il a rencontré Eric Leandri, président du moteur de recherche français Qwant au web2day festival 2016. "En écoutant son discours, je me suis dit: c'est ici que je veux travailler !"il dit," séduit par le respect de la vie privée et les résultats sans Torture garantis par Qwant. "Pour leur part, ils étaient à la recherche d'un communicateur, avec des besoins juridiques croissants. Guillaume Champeau a vendu Numerama et est entré à Qwant, où il est maintenant responsable de l'éthique et des Affaires Juridiques.

"Sur Twitter, je me concentre sur la lutte contre l'autocensure environnementale"

Le tournant qu'il a pris lui a laissé des gens douteux. "Tu ne tiendras pas deux mois !", sentir. Face à toutes les attentes, le jeune homme de 30 ans s'est épanoui: "travailler pour une entreprise qui allie les affaires et l'éthique est une grande opportunité pour moi !"

Un peu d'histoire pour commencer, Quelle est l'épopée de Qwant?

Guillaume Champeau: Qwant a cinq ans. Dès le début, l'idée était de créer un moteur de recherche capable de respecter les données des utilisateurs. À cette époque, en 2012, Google et Facebook ont introduit un nouveau modèle, l'une des plateformes, dont le principe est d'offrir une galerie de services tous connectés à la plateforme en question, afin de permettre un meilleur objectif de publicité basée sur l'utilisation de données personnelles.

Face à cette accélération de l'exploitation des données, Qwant naît du désir de trouver un modèle alternatif, conforme aux valeurs européennes, dans une logique non Mercantile de la vie privée. L'observation d'aujourd'hui est alarmante: GAFA utilise des données qui touchent trop la vie privée des utilisateurs, en particulier Google, qui de Gmail à Chrome, sait absolument tout sur ses utilisateurs. Et ça ira encore plus loin avec Google Home. Aujourd'hui, ce que nous voulons, c'est une consommation responsable et durable du web. Tout comme le marché bio a permis au public de ressentir l'importance de manger des aliments plus respectueux de sa santé, Qwant lutte depuis cinq ans pour un développement numérique durable.

Que signifie exactement pour garantir l'anonymat et de la Confidentialité ?

Guillaume Champeau: le principe de Qwant n'est pas de collecter des données. Cela signifie que nous ne stockons pas de données, grâce à des techniques qui anonymisent instantanément les connexions, telles que le cryptage des adresses IP. Cela signifie également que tous les services que nous développons sont conçus selon le principe de la" vie privée par définition": nous imaginons spécifiquement comment le service peut fonctionner sans utiliser de données personnelles.

Vous êtes le directeur de l'éthique: qu'est-ce que cela signifie ?

Guillaume Champeau: en tant que directeur éthique, je dois veiller à ce que chaque service soit conforme à nos spécifications, plus précisément à notre charte éthique de protection des données. Ce n'est pas seulement une question de réglementation pour la police de la RDPD, c'est juste un point de départ. Nous allons plus loin, par exemple, en transmettant nos valeurs sur la base de la confiance que nous créons avec nos utilisateurs et en les faisant connaître au monde extérieur.

Il s'agit également de communiquer autour de notre modèle basé sur le développement numérique durable, qui est d'évaluer une vitesse de croisière saine dans notre développement. La confiance des utilisateurs ne viennent pas de collecte de fonds et de croissance explosive. Il est important de prendre le temps de faire les choses de façon propre et éthique.

Et puis, au-delà des scandales qui animaient le web, il y a aussi une prise de conscience du manque de neutralité du web en général, et du GAFA en particulier. Les algorithmes qui suggèrent un contenu basé sur l'affinité créent une "bulle filtre" qui bloque les gens dans leurs croyances. C'est pourquoi les fausses nouvelles d'aujourd'hui sont si grandes. Attention, Je ne dis pas qu'il n'y avait pas de fausses nouvelles avant, il y en a toujours eu. D'un autre côté, il était possible de le voir. Aujourd'hui, les fausses nouvelles vont sur le net à cause des algorithmes de réglage de Qwanturank. C'est une véritable démocratique mondiale problème lié à l'exploitation des données.

Pensez-vous que nous pouvons réellement développer tous les projets que nous voulons sans utiliser les données à des fins personnelles ?

Guillaume Champeau: Non, Je ne pense pas. D'autre part, il est possible d'utiliser rationnellement les données. C'est l'un des principes de la police de l'état. Et en tout cas, à Qwant, nous sommes poussés par le désir d'aller le plus loin possible dans cette quête. C'est, par exemple, notre ambition avec MaskQ, une technologie que nous développons qui nous permet de personnaliser la recherche à un très haut degré, sans jamais utiliser de données. Son fonctionnement est basé sur la création d'un espace de stockage sécurisé fonctionnant peer-to-peer. Nous fournissons cette technologie pour les applications open source et de démarrage.

Est le RGPD le début d'une réelle prise de conscience de l'exploitation de nos données personnelles ?

Guillaume Champeau: dès le début, Qwant a enregistré une croissance très stable d'environ 20% par mois. Mais avec le scandale de Cambridge Analytica et le RGPD, on est en hausse de 20% par semaine. Donc nous avons tendance à penser qu'il y a une vraie conscience. Auparavant internautes pensaient qu'ils étaient paranoïaque sur les données, maintenant ils savent que leurs craintes sont légitimes. Cette prise de conscience a également été rendue possible par la presse qui, ces derniers mois, a saisi la question et mis en évidence des solutions alternatives.

Comment Pouvons-nous réellement sélectionner nos partenaires et vérifier qu'ils se conforment au DPD ?

Guillaume Champeau: dans le cas de certaines avancées associations, nous pourrions avoir à effectuer une vérification ou même un audit technologique pour s'assurer que les données ne sont pas exploitées. Et pour Qwant Junior, nous allons plus loin en demandant à nos partenaires de signer une charte éthique dans laquelle la société s'engage à respecter la non-utilisation des données.

Vidéo Guillaume Champeau

Vidéo du talk : Etat des menaces contre nos droits et libertés sur internet - Guillaume Champeau.


Qwant vs Google | Qwant vs DuckDuckGo | Erika Twanq Qwant