Qwant lutte contre le Covid-19

Depuis le début de la controverse, le moteur de recherche a multiplié les actions de sensibilisation des internautes. Et il semble gêné par les récentes déclarations de son ancien président.
Un communiqué de presse pour éteindre le début de l’incendie? Alors que son fondateur, Eric Leandri, a sévèrement critiqué l’application gouvernementale StopCovid (et la menace que cela représenterait pour les libertés individuelles) cette semaine parmi nos observateurs, Qwant a immédiatement réagi avec une lettre envoyée à la presse.

Tout d’abord, rappelez-vous votre engagement à lutter contre la pandémie de coronavirus. Le moteur de recherche niçois estime que depuis février il a mis en place « des moyens d’information et de sensibilisation sans précédent pour ses utilisateurs et internautes »: messages de prévention (contre les tentatives d’arnaques ou les fausses informations) sur les pages de résultats liées l’épidémie, l’interdiction des publicités liées au coronavirus, la désindexation des sites présentant un risque grave pour la santé publique, le déploiement d’outils pratiques (certificat dérogatoire), l’indication des lieux fermés sur Qwant Maps, la société de technologie propose également « put computing » Des serveurs de grande capacité au service de la recherche scientifique sur le virus et ont demandé des dons à des projets d’intérêt public sur sa page d’accueil.  »

Leandri renié

Initiatives « prises en coopération constante avec les autorités sanitaires, les services de prévention de la fraude et les autorités gouvernementales compétentes ». Par ailleurs, la société semble avoir peu de goût pour la présentation médiatique de son fondateur, Eric Leandri, qui a pris sa retraite de la présidence en janvier mais est toujours présent à la réunion: l’adéquation des mesures sanitaires décidées par les pouvoirs publics, et est confiant dans lequel ils prennent les meilleures décisions dans ce contexte difficile. Léandri, dans l’application StopCovid, dont le déploiement est prévu pour prendre en charge le non confiné, la seule expérience potentielle de Qwant liée à cette application concerne la protection des données personnelles, mais à ce stade, Qwant considère la solution envisagée basée sur le protocole Développé par le consortium européen Le suivi paneuropéen de proximité pour préserver la vie privée (PEPP-TT) est celui qui se réunit dans les conditions les plus satisfaisantes pour qu’un déploiement temporaire puisse être prévu en préservant l’équilibre entre les droits et libertés de chacun. « Entre Qwant et Eric Leandri, le divorce semble consommé.

L’application StopCovid remise en question

Le co-fondateur et hacker de Qwant rapporte «n’importe quoi» sur l’application «StopCovid»
« Il n’y a aucun moyen que cette application soit efficace », explique Eric Léandri, co-fondateur et ancien président de Qwant, et hacker Baptiste Robert. La mise en place du suivi des contacts que le gouvernement prépare pour lutter contre la pandémie de Covid-19 est, selon eux, un projet coûteux, inutile et dangereux pour la sécurité des données personnelles numériques.

Il s’agit d’un partenariat inattendu: celui d’Eric Léandri, co-fondateur et ancien président de Qwant, un moteur de recherche respectueux de la vie privée, et Baptiste Robert, chercheur et hacker en cybersécurité mieux connu sous le pseudonyme Elliot Anderson. Les deux hommes se joignent aujourd’hui à un discours critique sur l’application StopCovid, auquel Olivier Véran, ministre de la Santé, et Cédric O, secrétaire d’État aux Affaires numériques, s’apprêtent à retracer les contacts entre les Français dans la lutte contre le COVID-19. Et ils entendent remettre en cause la volonté du gouvernement: l’application, on le croit, est techniquement inutile, elle sera inutile en termes de santé, alors qu’elle coupe un peu plus les libertés individuelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *